Qui suis-je ?

C’est anachronique de faire ce billet maintenant. Mais je pense qu’il est utile à toute nouvelle personne avec qui je parle afin de me situer.

Je m’appelle Yannick, j’ai 34 ans en ce jour du 22/08/2013 (j’en aurai 35 dans un mois). Je suis enseignant depuis 3 ans. Je travaille dans le champ du handicap. J’ai manqué l’examen me permettant d’être un véritable enseignant spécialisé. Je le retenterai plus tard.

J’habite dans le sud de la France, plus pour très longtemps puisque mon copain vient de réussir l’admissibilité au concours CRPE de Créteil. Je ferai donc des allers-retours assez fréquents cette année sur Paris. (1 / mois sans doute). Je demanderai ma mutation pour le rejoindre dès que possible pour la rentrée 2014/2015.

Je suis né au pied des Pyrénées, j’ai vécu quelques mois sur Nice, Paris, puis Toulouse, enfin dans le Tarn pour la majeure partie de ma vie. Oui mes parents ont beaucoup déménagé. Mon père était au départ Ferronnier, il a pris peur à ma naissance et a préféré prendre un métier qui lui assurait un revenu fixe. Il a choisi le métier de surveillant pénitentiaire.

Je profite de ce billet pour faire une pause sur ce sujet, la prison. J’ai vu mon père rentrer la chemise rouge (elle est normalement d’un bleu « bof ») tentant de me rassurer, moi petit gosse, en me disant que c’était un lapin mort.. Je l’ai vu revenir plusieurs fois la tête emplie de ce qu’il avait vécu là-bas. Les gens qui éructent que les prisonniers sont en vacances sont des fous. La surpopulation n’est pas un mythe, les conditions dégradantes de vie non plus. Qu’ils n’oublient pas aussi qu’ils s’agit des conditions de travail des surveillants pénitentiaires. Je sais que certaines choses (très) sombres se sont passées. Je ne sais pas quoi exactement. Nous avons quitté Toulouse précipitamment à cause de menaces de morts lorsque mon père a empêché une tentative d’évasion.

Ma mère a suivi ce périple. Elle était préparatrice en médicament. Une voix forte, qui avec le temps et une thyroïde folle, est devenu un corps fort. Son dernier poste s’est achevé en traitant son patron de connard (ce qu’il était semble-t-il vu la description). Lorsque je suis né elle a arrêté son travail. C’était (c’est toujours mais le corps répond moins) une femme impulsive, que l’injustice révulse. Cela lui vient de son éducation, mélange de communisme (son père) et chrétienté (sa mère).

Du côté maternel ma famille est communiste, du côté paternel je ne décèle pas vraiment de couleur politique.

Julien Fossat était le père de ma mère. Un militant communiste qui emmenait sa fille sur les marchés. Il était menuisier (certains de ses meubles sont toujours dans le salon et la cuisine de mes parents). Lui et sa femme vivaient dans une petite ferme ce qui permettait de pallier au manque de clients parfois/souvent. Il a vécu enfant une vie digne de Cendrillon, où ses belles-soeurs lui faisaient les pires misères. La dernière de ses deux harpies est morte vieille et seule dans une maison de maître dont par je ne sais quel jeu, je n’hériterai jamais. Tant mieux, ces pierres sentent mauvais.

Or donc ce grand père militait, il en a payé le prix en se faisant enfermer au camp de Noé sur dénonciation de ses gentils voisins. Il semble que c’était une grande gueule au grand désarroi de sa femme qui activait le chapelet et se voulait dans la bien-séance. (Madame Fossat avait oublié Mlle Azéma, sa jeunesse dans les équipes féminines de Basket aux tenues courtes). Ma mère a pris de cet homme sa rage pulsionnelle et de cette femme le lien avec Dieu (qu’elle a retrouvé bien plus tard en enterrant sa belle-mère et sa mère). Je n’ai jamais connu Julien Fossat. Il est mort lorsque j’étais un bébé. Je n’ai été baptisé qu’à mes 6 ans, son enterrement a coûté cher à la famille.

Cette famille était très modeste financièrement parlant. Ma grand-mère a tout misé sur les études pour ses enfants. Plusieurs y sont parvenus. Mes tantes sont devenues infirmière et enseignante, mon oncle est devenu éducateur. Ma mère n’a pas fait de grandes études. C’est pourquoi elle nourrit un complexe d’infériorité à cet égard. Ma famille côté maternel a donc connu l’ascension sociale sur une génération, et a gardé ses idéaux communistes en majorité.

J’ai un cousin qui est né le même jour que moi, Julien. La famille nous appelait « les jumeaux », une taquinerie quand on sait que je suis blanc comme un cachet et pas très grand (1.75 m) et lui est métissé par son père Camérounais carré d’épaule et très grand (plus de 2 mètres). Nous avons passé tous nos étés chez Germaine Fossat. Dont la méthode d’éducation consistait a apposer vigoureusement sa canne sur notre crâne quand nous faisions une bêtise. Cela a cessé quand nous avons compris que nous courrions plus vite. En grandissant il a commencé une réussite assez rapide pour les études, et s’est dans le même temps politisé assez radicalement.

De mon côté je végétais dans une inconscience assez nébuleuse. En suivant la 4eme d’insertion, puis un apprentissage cuisine « forcé ». (Que pouvais-je faire d’autre ?) Un temps de réveil, et j’ai compris que ce n’était pas pour moi. Je me suis tourné vers les études sanitaires et sociales (BEP et BAC), avec une préférence pour le handicap. J’ai passé mes étés dans les MAS, FAM, et centres de vacances pour enfants en difficultés. (C’est hallucinant ce qu’un enfant peut endurer comme souffrances). Avec pendant ce temps, une écoute lointaine pour tout ce qui a attrait à la politique. J’étais « de gauche » mais pourquoi… ça… Pendant ce temps là, mon cousin alignait les livres dans sa bibliothèque; Marx, Lénine, Clouscard, Lacroix-Ritz. C’était un militant PCF. Un étudiant de la langue chinoise aussi. Il y est parti étudier la culture. (Il s’est marié et a eu un enfant avec une chinoise. Il vit désormais là-bas) Pendant ce temps, je me plongeais dans une association de spectacle où j’ai tout appris/fait, du balai au statut de Trésorier Président intermittent, de la couture en passant par la danse, la peinture et la création de bandes sons. Cette « création artistique » va me suivre jusqu’à aujourd’hui.

A la fin de mon bac, ma mère m’a dit qu’ils  ne pouvaient plus se permettre de me payer des études. Et mes travaux d’étés n’y suffiraient pas, il fallait aider la famille aussi de temps en temps. Remplir le frigo quoi.. C’est à cette époque que les emplois jeunes sont apparus. En octobre j’étais embauché en tant q’AVS dans la banlieue toulousaine. Je me suis occupé pendant 5 ans d’enfants atteint de handicaps. Le cas qui m’occupait le plus était une petite fille, Camille, atteinte d’IMC. Elle a réussi depuis son BEP comptabilité. C’est une immense fierté pour ses parents qui ont énormément lutté, et pour moi aussi un peu.. J’ai aussi travaillé dans une CLIS et c’est là que j’ai réussi à me projeter professionnellement.

J’ai donc suivi les études nécessaires (l’éducation nationale le permettait et l’encourageait à l’époque pour les AVS) afin de rattraper le niveau et passer le concours CRPE. C’était une grande fierté pour ma mère, je pense une petite revanche. Il m’a fallu 5 ans de plus pour réussir l’admissibilité du concours (travaillé de plus en plus sérieusement d’année en année). Je les ai passés au sein d’un collège en tant qu’assistant d’éducation informatique. En gros je gérais le réseau admin et péda du collège sous la direction du prof de techno.

Enfin j’obtins le concours CRPE privé par une magnifique #Synchronicité (je te salue Germaine).

Tout le long de ce périple j’étais proche des socialistes. J’y avais pris ma carte, mais n’agissais pas concrètement. J’ai pris une douche froide lors des privatisations organisées sous Jospin. Robert Hue ne m’inspirait absolument rien. Seul Besancenot résonnait à cet instant à la rage couvante de Julien Fossat et sa fille Anne-Marie. Nous connaissons la suite. Est-ce que je regrette cet instant ? Non, j’ai fait avec les cartes que j’avais.

Un long processus s’est mis en place. Il me fallait enfin m’y pencher. Les élections de 2012 ont été déclencheurs d’une soif de lire, d’approfondir encore plus. Je n’étais pas du tout convaincu par Jean-Luc Mélenchon au départ. A tel point que je me souviens l’avoir traité de « Couille Molle » et « blaireau » quand il parlait parce que son point de vue sur la banlieue me semblait manquer sérieusement de fond. (Ce n’est pas qu’une question d’emploi mais aussi d’urbanisme historique, on éloigne volontairement physiquement les gens pauvres de la Cité). Et puis j’ai lu les programmes et me suis arrêté sur celui du Front de gauche. Celui-ci me semblait en accord avec ma pensée. J’ai donc considéré JLM comme un représentant (tout en gardant en tête que si j’avais eu ces réactions épidermiques d’autres devaient les avoir). C’est alors que je me suis replongé un peu dans mon histoire familiale. Et j’ai décidé de rejoindre le Parti Communiste Français.

C’est ainsi que je suis désormais militant au PCF, enseignant dans le Privé (oui je suis croyant mais plus catholique depuis l’action ignoble de l’Eglise dans le débat sur le Mariage ouvert aux homosexuels). Je gagne 1620 € / mois, je suis propriétaire d’une maison en terre d’un petit village (oui oui de la terre dans mon salon). Je vais devoir la retaper rapidement pour la louer avant de partir rejoindre mon amoureux sur la région Parisienne.  Mes lectures sur la spiritualité et la cosmologie ont laissé place à la philosophie et la politique.

Voici à peu près à quoi ressemble l’homme qui est en train de vous parler.

Publicités

3 réflexions au sujet de « Qui suis-je ? »

  1. Je ne vous connai(sais) pas avant ce midi du 21 mars 2015. La lecture de votre biographie m’a confirmé que la beauté était en ce monde 🙂 C’est beau, sincère (comme le dit Panouille), un pur moment de bonheur de lecture. Merci. Longue vie à vous.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s