Appel aux camarades PCF pour l’autonomie dans le cadre du FDG

Chers camarades,

Nous connaissons la ligne de notre secrétaire général, et d’autres représentants du PCF. Elle consiste à s’allier dès le premier tour avec le parti socialiste aux élections municipales. Bon nombre de nos camarades considèrent qu’il s’agit d’une erreur majeure. J’en fais partie.

Je considère que nous ne nous pouvons pas accepter une alliance, surtout dans les grandes villes, au vu de ce que les dirigeants ou aspirants à diriger ces grandes villes ont pu dire ces derniers jours comme immondices. Les sorties d’Anne Hidalgo sur les Roms en sont un exemple. Nous assistons à une course vers la droite qui nous conduira à notre perte, et in fine à la perte de notre Pays en plaçant le FN au centre de l’échiquier, comme l’avait malheureusement bien prévu François Duprat. Il nous faut absolument refuser d’entrer dans ce jeu. De la même manière Gérard Colomb à Lyon refuse la régie publique de l’eau, privatise la collecte des déchets, etc. Allons-nous encore accepter cette incohérence majeure ?

Il en est pour moi hors de question.

Dans le même temps j’ai un espoir. Celui de la démocratie interne au parti. C’est ici que je voudrais souligner deux choses. La première c’est que notre secrétaire général laisse le choix aux militants de se prononcer. La deuxième c’est que Pierre Laurent si souvent décrié est celui qui respecte la décision de ses militants. Le processus qu’il suit est dans la ligne que celui qu’avait commencé son père, la démocratisation au sein du parti. Cette même démocratie qui fait cruellement défaut à l’UMP selon l’aveu de jean-François Copé.

Ainsi, chers camarades, je formule ce souhait. Vous convaincre que l’autonomie est la meilleure voie possible, la plus cohérente avec nos propositions, nos idéaux. Selon les mots de Frédéric Lordon le PS est désormais le camp de la droite modérée. Est-ce que c’est ce que nous souhaitons de prime abord ? Le second tour est là pour permettre de convaincre, d’influer, de peser à gauche. Mais pour cela, la gauche doit rester de gauche.

Pour finir je vous propose le texte d’un jeune camarade parisien ci-dessous.

______________________________________________________

Paris 2014 : pour un PCF autonome au premier tour, avec le Front de gauche !

A Paris, le PCF doit-il partir avec le PS dès le premier tour, comme en 2008 ?

Certains disent : « Le PS est prêt à des concessions majeures et très progressistes, 30% de logements sociaux en 2030 ! »

Mais comment le PS parisien pourrait-il prendre ces engagements alors que les aides à la pierre sont saignées à blanc ? Le responsable au logement de l’équipe d’Anne Hildalgo n’est autre que Christophe Caresche, vibrant soutien de la ligne néolibérale du Gouvernement, auteur d’un rapport recommandant la vente des logements sociaux, et opposé à la « Garantie Universelle des Loyers » promue par toute la gauche ! Est-ce avec lui que le PCF pourra faire avancer des propositions offensives pour se loger moins cher ?

Certains disent : « L’essentiel c’est d’avoir des élus, pour relayer nos idées ! »

C’est vrai. Or, se présenter en autonome n’empêche pas d’obtenir des élus, bien au contraire ! (11 pour EELV par exemple, parti en autonome en 2008, contre 8 pour le PCF). Les sondages  donnent des résultats satisfaisants pour le Front de gauche (6-8% avant même la campagne). Pour donner une meilleure légitimité à nos élus, ouvrons les brèches et construisons le rapport de force !

D’autres craignent : « Une gauche divisée risque de faire gagner la droite ! »

Partir en autonome au premier tour n’est pas une division, parce que les listes pourront ensuite fusionner ! EELV, quoique partenaire du PS au Gouvernement, présente une liste autonome au premier tour. Pourquoi le Front de gauche, qui n’est tenu au PS par aucun pacte de Gouvernement, se priverait-il de cette possibilité ? C’est au contraire une campagne autonome qui permettra la victoire, en mobilisant notre électorat et en créant une dynamique gagnante pour la gauche au second tour !

L’autonomie permet de faire émerger des figures nouvelles et de faire partager nos combats !

Comment développer le PCF en restant dans l’ombre du PS, alors que la bataille de Paris est un tremplin médiatique non-négligeable pour nos élus et nos combats ? Comment valoriser les thématiques qui sont dans l’ADN des communistes (service public, démarchandisation, solidarité…) en rejoignant l’équipe Hidalgo qui soutient l’austérité ?

Le PCF ne monnaie pas son soutien contre un plat de lentille !

Combien de militants, notamment parmi ceux qui ont rejoint le PCF dans le sillage de la magnifique campagne de 2012, rendront leur carte si notre parti sert de « caution de gauche » à un PS rejeté dans tout le pays ? En cas d’union dès le premier tour avec le PS, où trouver la motivation militante pour faire campagne, tracter, afficher, et convaincre ? La mauvaise image du PS, justifiée par une politique néolibérale, rejaillirait durablement sur le PCF.

 ___________________________________________________________________

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s